Skip to content

Le cloud: un accélérateur de la transformation digitale et une réponse au besoin d’agilité du SIRH

La pandémie a introduit dans les organisations des mutations qui n’auraient pas été possibles avant de nombreuses années, sinon jamais.

Le domaine des ressources humaines fait face à de nombreux changements des métiers. La fonction RH doit donc se repenser en profondeur et les professionnels RH être mieux armés pour pouvoir accompagner les transformations organisationnelles et digitales qui impacteront l’entreprise dans son ensemble ainsi que les collaborateurs.

 

LEUR MEILLEUR ATOUT ? LE CLOUD ET UNE EXPÉRIENCE HOMO­GÈNE

La pandémie a introduit dans les organisations des mutations qui n’auraient pas été possibles avant de nombreuses années, sinon jamais. Des entreprises, réfractaires jusqu’alors au télétravail, ont pérennisé ce qui s’appelle désormais le travail hybride. Cette trans­formation des modes de travail nécessite cependant d’être accompagnée. Une mission supplémentaire et d’envergure pour les ressources humaines.

Ce n’est toutefois pas le seul enjeu auquel ont à répondre ces professionnels, dont les outils, plus ou moins bien intégrés au sein d’un SIRH, ne permettent pas toujours de disposer de l’agilité requise. Bien avant la crise, les DRH avaient redéfini leurs priorités pour mieux faire face aux enjeux économiques et aux besoins des collaborateurs comme le souligne l’étude «Future of HR 2020» de KPMG. Parmi ces priorités, on trouvait déjà un impératif d’accompagner la transformation culturelle de l’organisation, accompagner les directions métiers dans l’évolution de leurs effectifs (recrutement, développement des compétences …) ou encore de favo­riser l’engagement au travers d’une expérience collabo­rateur repensée.

L’AGILITÉ RH AU SERVICE D’UNE ORGANISATION QUI SE TRANSFORME

La révolution numérique a introduit un nouvel impératif: accompagner l’évolution rapide des métiers. Ainsi, 85% des métiers qui existeront en 2030 n’ont pas encore été inventés. L’engagement des collaborateurs et leur fidélisation devient un objectif stratégique pour les entreprises et leurs départements RH afin de s’assurer qu’ils seront prêts à embrasser ces évolutions à venir.

«Si l’une des priorités des DRH est de répondre aux enjeux du digital afin de mieux accompagner le business et de mieux se transformer, il faut aussi repenser l’environnement de travail pour accroître l’engagement. Cette tendance, déjà entamée avant la crise du COVID-19, s’est accélérée ces derniers mois. Cela passe par plusieurs axes que sont les modèles managériaux (ex : management hybride), l’organisation de l’espace de travail et la digitalisation de l’expérience utilisateur», souligne Philippe Valo, Associé chez de KPMG France, en charge du conseil RH et de la conduite du changement.

Avec des salariés de plus en plus amenés à travailler à distance, les entreprises se doivent notamment de se doter des outils leur permettant de garantir une expérience collaborateur de qualité, aussi bien en physique qu’en distanciel. De fait, «l’organisation du travail et l’accompagnement individuel des salariés seront plus complexes dans les prochaines années que ce que nous avions pu vivre jusqu’à présent», prévient Philippe Valo.

C’est dans ce contexte très mouvant que les ressources humaines vont, au même titre que les autres fonctions support, être soumises à des attentes fortes en termes de performance opérationnelle. Les dirigeants fixent d’ores et déjà le cap. Ils sont 50% à envisager de modifier leur organisation RH pour optimiser efficience, qualité et coûts.

La problématique à adresser pour les DRH et les professionnels des ressources humaines consiste donc à accompagner ces transformations en cours dans les modes d’organisation, tout en continuant d’assurer leurs missions régalienne (paie, gestion du personnel, congés, etc.). Et cela, tout en gagnant en performance.

INVESTIR DANS LA TECHNOLOGIE AMÉLIORE TCO ET PRODUCTIVITÉ

«La question financière n’est plus aussi prépondérante, mais ne nous y trompons pas, cela reste un passage obligé», tient à préciser Fabrice Buhler, Directeur Général France d’Alight. Et en matière de TCO (Total Cost of Ownership - Coût total de possession) et de productivité, la France affiche une longueur de retard au niveau mondial, notamment sur le processus paie. Le coût mensuel médian d’un processus de paie par salarié est de 37,33 euros dans l’Hexagone. L’IT représente 25% de ce coût et le personnel RH 75%. A titre de comparaison, ce chiffre est de 17,08€ au niveau monde, avec une répartition IT/Personnel de 38%/62%.

La solution pour résoudre cette complexe équation à variables multiples, comprenant en outre la conformité (600 nouvelles législations de paie par an au niveau mondial), réside dans le fait de se doter d’une agilité en termes organisationnels. C’est un premier impératif.

L’agilité, «c’est la capacité et la vitesse de mise en œuvre dont cherchent de plus en plus à bénéficier les entreprises internationales, pour absorber de nouvelles entités ou filialiser, par exemple. Cette attente d’agilité organisationnelle est prégnante dans les projets de globalisation de la paie», clarifie Fabrice Buhler.

S’ajoute à cette quête d’agilité, le besoin de disposer d’indicateurs unifiés, grâce aux données, pour le pilotage des RH. L’objectif ici est de casser les silos entre les différents applicatifs du SIRH pour consolider les informations au sein de tableaux de bord personnalisables faciles à analyser et permettant une prise de décision rapide via des processus homogènes.

En unifiant données et actions ou services RH dans une interface commune, Alight offre ainsi la possibilité aux collaborateurs des ressources humaines de gérer les informations en temps réel, d’un simple clic, mais aussi d’agir.

«L’époque où les grands groupes consolidaient leurs usages dans une même technologie est révolue. Ce qu’attendent les utilisateurs, c’est une expérience unique, une intégrité de la donnée, mais pas nécessairement le même logiciel dans chacun des pays. C’est la raison pour laquelle, nous avons enrichi notre capacité à intégrer de multiples technologies dans une expérience utilisateur complètement unifiée», précise le dirigeant d’Alight en France.

IA, CLOUD ET DATA POUR UNE EXPÉRIENCE UTILISATEUR HOMOGÈNE

L’automatisation constitue un autre levier d’action permettant de répondre aux enjeux d’agilité et d’efficience. L’intelligence artificielle se développe ainsi de manière croissante dans l’univers RH, comme pour le tri des candidatures et des CV. D’autres technologies, dont le RPA ou Robotic Process Automation, interviennent dans le domaine administratif pour automatiser des tâches ou processus, dégageant du temps pour des tâches à plus forte valeur ajoutée.

Les usages de l’IA ne se cantonnent pas à l’automatisation. L’intelligence artificielle, grâce à ses applications dans le prédictif, intervient aussi pour augmenter les collaborateurs. Des algorithmes d’IA pourront ainsi identifier automatiquement des besoins, de formation par exemple, ou alerter sur des risques et opportunités liés aux RH.

Mais l’IA prend aussi la forme d’outils conversationnels. Le chatbot ou assistant virtuel, à l’image de Lisa d’Alight, vient seconder les ressources humaines sur des activités récurrentes. Comment? En répondant directement aux salariés sur des questions relatives notamment à la rémunération ou aux congés. Ces outils, chatbots et IA, s’inscrivent dans le processus de digitalisation de l’expérience collaborateur et de son autonomisation.

Ces nouveaux services, qui peuvent s’intégrer au sein de portails digitaux salariés, sont d’autant plus importants que la population de travailleurs à distance croît. En effet, selon IDC France, 66% des collaborateurs plébisciteront plus d’un jour de télétravail hebdomadaire à partir du 2e semestre 2021.

Mais la principale rupture dans le domaine du SIRH, c’est indubitablement le cloud. La «cloudification» du paysage applicatif s’accroît. Elle permet de globaliser les processus RH et de disposer d’applications facturées à l’usage et évolutives. «Nous sommes au milieu du chemin vers la cloudification de l’ensemble des technologies SIRH. La technologie est devenue le vrai levier qu’on attendait tous. C’est un puissant vecteur pour une donnée et une expérience utilisateur enfin homogènes», déclare Fabrice Buhler.

En outre, la technologie se distingue comme un levier direct d’amélioration de la productivité et donc de baisse du TCO. «Une part du SIRH allouée aux systèmes IT trop faible traduit généralement un manque d’automatisation et plus d’ETP (Employé Temps Plein) nécessaires à la réalisation d’une tâche. L’impact de l’investissement en technologie sur la productivité est positif avec un effet levier important», observe Paul Duault, Consultant Transformation RH pour Alight.

“L’époque où les grands groupes consolidaient leurs usages dans une même technologie est révolue. Ce qu’attendent les utilisateurs, c’est une expérience unique, une intégrité de la donnée.”

Fabrice Buhler
Directeur Général, Alight France

Related Insights


Alight FastTrack HR & Payroll

Découvrez pourquoi l’analytique RH peut représenter un réel atout pour votre entreprise.